[Itinérance et sédentarité]

Date

L’itinérance

L’histoire de l’association a commencé avec une idée folle : dépolluer les océans à la voile, en tractant un chalut qui ramasse du plastique et être libre de ses déplacements pour se rendre aux endroits les plus pollués.

Le chalut étant trop lourd pour être trainé par le Kraken à la seule force du vent, l’association a pris un nouveau tournant en 2019. Le Kraken est devenu une maison flottante et un moyen de locomotion pour nos bénévoles engagés quelques mois.

Notre ADN

L’idée d’itinérance fait donc partie de notre ADN et c’est une de nos missions premières !

Cette année 2021, outre la mission du Kraken dans les îles de la Macaronésie, la Mission Sud a vu le jour : mission courte entre Sète et Nice, ayant but de créer des liens sur la côte méditerranéenne française.
Les buts de ces missions mobiles sont largement atteints : les partenariats, sensibilisations dans les écoles et rencontres se sont multipliées au fil de ces deux projets.

Le Kraken est notre flag ship, notre mascotte. Sa taille et son gréement attirent les regards et nous permettent de porter notre voix plus loin, en sensibilisant le public à un mode de vie différent.

Un laboratoire de vie en communauté

Nos bénévoles vivants en mer en communauté, c’est un vrai laboratoire : le zéro déchet à bord et le végétarisme, en essayant de consommer en vrac, local et de saison le plus possible, sont autant d’outils testés pour planter les graines d’une vie plus proche du vivant et de la nature.

Le Kraken sera en Méditerranée pour la saison 2022, sur plusieurs missions que nous vous présenterons bientôt !


Sédentarité

L’année 2021 a vu se développer et grandir la mission de l’Étang de Berre, implantée 7 mois près de Marseille.

Des partenaires durables

Au fil de ce projet, nous avons constaté les liens forts crées avec les associations, mairies et partenaires locaux : par exemple le GIPREB, que nous avons reçu plusieurs fois, pour prendre des informations précieuses sur la faune et la flore spécifique de l’Étang (ne pas déranger les oiseaux ou animaux marins qui se reproduisent), la salinité de l’eau et d’autres données qui nous ont permis d’avoir une vision plus juste des types de pollutions locales.

C’était une révélation et une évidence pour nous de reconduire ce projet les années suivantes, pour nous permettre de collecter des données sur le long terme et pouvoir ensuite les traiter ou les faire traiter dans le cadre de notre collaboration avec la plate-forme Zéro Déchet Sauvage pilotée par l’association MerTerre

S’implanter localement

Cette sédentarité nous a permis de construire un centre de tri sur place et donc de prendre du temps pour chercher des partenaires de revalorisation, d’établir des liens durables avec des associations ou marques associatives locales (Yuyo, Recyclop, ou encore Sauvage).

Construction du centre de tri de l’Étang de Berre

Les antennes locales

Cette sédentarité, nous la retrouvons également sur nos antennes locales, qui ont poussé partout cette année, où chaque bénévole peut être un moteur à son échelle et localement pour une planète sans plastique.

N’hésitez pas à les rejoindre !

Plus
d'articles