HISTOIRE INSPIRANTE : LE PARCOURS DE MAËLISS
bénévole

Date

" La santé a été l’élément déclencheur il y a 4 ans. J’ai dû adapter mon alimentation et mon environnement, créant parfois des incompréhensions dans mon entourage. " Maëliss raconte

Maëliss est venue aider pour les travaux du Kraken au mois d’août. Son dévouement pour l’association, comme pour les travaux du bateau, a été impressionnant. Comédienne de formation, son énergie a été un moteur pour les membres de Wings of the Ocean. C’est pourquoi, nous voulions lui faire honneur et mettre en lumière son parcours et son raisonnement pour l’écologie. Engagée depuis longtemps, Maëliss fait partie de l’Agence Colette, « Agence d’artistes du changement » à Paris. Elle a également créé cette année le collectif artistique Rivage avec Loïc Chabrier et Anne Rumin à Bordeaux.

 

 

Son experience avec Wings of the Ocean

 

 

J’ai participé au chantier du Kraken à Savone en Italie. C’était une expérience formidable. Le bateau avait besoin d’être entretenu et réparé à certains endroits, ce qui demandait un travail physique. En fin de journée, j’étais épuisée par le travail fourni, remplie par la satisfaction d’avoir réussi à réparer un bout de bateau, et fière d’aider l’équipage à retourner en mer. J’ai rencontré des personnes engagées, avec qui j’ai pu échanger et mettre en commun mes questionnements. L’ambiance sur le Kraken était bienveillante, exigeante, et simple. Je me sentais à ma place, et au service d’un projet ambitieux. La joie et l’humour de l’équipe étaient mon carburant sur le chantier. Cette semaine m’a rappelé les résidences de créations théâtrales.

 

Ces aventures collectives ont en commun de rassembler autour d’une vision, de donner un espace clair où il est possible d’investir son énergie, sur un temps limité. Un temps hors du temps où le masque social peut s’effacer, et où l’on se concentre sur l’essentiel : l’état du monde et comment le réparer. 

 

expérience

 
Son engagement personnel

 

Je suis bouleversée par la situation climatique. L’action est un excellent moyen pour sensibiliser et inspirer les autres à changer, à dépasser ses convictions. Dans mon quotidien, je trouve des solutions accessibles : je suis végétarienne, je voyage sans avion, je passe au zéro déchet, je privilégie les vêtements d’occasions, je trie et je répare… Je me rends compte que les initiatives individuelles comptent mais ne suffisent pas et qu’il est important de s’organiser collectivement. Aujourd’hui, je m’engage le plus possible sur des projets artistiques et des actions en lien avec le changement climatique.

 

Lorsque ma perception de l’activité humaine sur la planète a changé, mes valeurs se sont affirmées et mon quotidien a suivi naturellement. Depuis, je prends beaucoup de plaisir à réinventer mon mode de vie et à chercher une forme de cohérence entre mes désirs, mes projets, mes valeurs et les limites planétaires. Ces changements d’habitudes de vie créent parfois des incompréhensions dans mon entourage mais ouvrent aussi à de nouvelles rencontres.

 

Un parcours

 

La santé a été l’élément déclencheur il y a 4 ans. J’ai dû adapter mon alimentation et mon environnement pour gérer mon endométriose. À partir du moment où j’ai commencé à m’informer sur les produits que je consommais, et l’impact qu’ils avaient sur ma santé, un changement s’est imposé. Mon endométriose s’est stabilisée grâce à un mode de vie différent (en limitant le contact avec les perturbateurs endocriniens, la pollution, les pesticides, les aliments qui favorisent l’inflammation…). À cette prise de conscience est venue s’ajouter la dimension écologique, du changement climatique et de l’effondrement du vivant.

 

Un conseil ?

 

Cultiver son empathie avec le monde. L’empathie nous permet de mesurer ce que l’autre traverse. C’est une source d’énergie qui met en mouvement et donne le courage d’agir.

 

« Dans l’incontournable épreuve de dérèglement climatique, de descente énergétique, de raréfaction des ressources et de déclin de la biodiversité que nous allons traverser, nous n’aurons pas besoin de “bons sentiments” mais de puiser profondément dans les valeurs qui ont toujours permis au collectif de faire face : lucidité, honnêteté, justice, dignité, responsabilité, fraternité, vaillance, bravoure, courage… Et probablement une autre, essentielle, qui nous fait aujourd’hui massivement défaut : la compassion envers toutes les formes de vies animales et végétales sur cette planète. » Jean-Marc Gancille, Ne plus se mentir – éditions rue de l’échiquier, mars 2019

 

Texte écrit par Maëliss
Merci à elle

Devenez bénévole

et offrez à l'équipage du Kraken les moyens de continuer ses actions de dépollution

Soutenez l'action

et offrez à l'équipage du Kraken les moyens de continuer ses dépollutions

More
articles