[Un nouveau navire dans la flotte]

Date

En janvier 2022, Wings of the Ocean fait l’acquisition du Scylla, un voilier d’exploration en aluminium de 28m, spécialement conçu pour les mers du Nord. L’objectif avec ce navire est de dépolluer la côte atlantique française tout en participant à des festivals maritimes. Cette mission est possible grâce au partenariat mené avec le groupe Léa Nature. On vous explique tout :

En 2021, en plus du Kraken, nous avions loué 2 navires avec des fortunes diverses. D’un échec catastrophique avec l’Amadeus qui ne s’est même pas révélé capable de naviguer à une expérience réussie avec le St Amour mais dont nous ne pouvions pas exploiter le plein potentiel sur l’Etang de Berre, nous avons pris la décision de ne pas renouveler ces locations pour 2022.

 

Le but pour agrandir la flotte était d’acheter un navire en excellent état, afin de maitriser son entretien et surtout de moins dépendre de chantiers de maintenance comme c’est le cas pour le Kraken. Nous avons fait la connaissance de l’Antwerp Flyer en avril 2021, puis sommes venus le visiter une 1ère fois en juin.

Il s’agit d’un navire en aluminium de 28m de long, permettant d’embarquer au maximum 17 personnes, qui était exploité auparavant par une société de croisières polaires. Des suites du Coronavirus, cette société a fait faillite et le navire s’est fait saisir par les autorités Belges qui le vendaient aux enchères. Durant les 4 dernières années de détention du bateau par cette société, ils ont quasiment tout refait à neuf, en y investissant plus de 400.000 euros de travaux.

 

Il y avait donc un navire préparé pour partir dans les glaces, refait à neuf, en coque aluminium, à vendre à un tarif extrêmement bas. Cela faisait longtemps que nous souhaitions étendre nos missions sur la côte Atlantique française, voire ailleurs.

Pour cela, il fallait chercher des financements, car les frais de fonctionnement d’un tel bateau et son équipage sont d’environ 300.000 euros annuels. Il nous fallait donc un partenaire fiable, capable de s’engager sur une durée longue, et partageant suffisamment de nos valeurs pour avoir envie de s’engager avec nous. L’idée était de trouver un partenaire et de logotiser le navire aux couleurs de ce partenaire, dans le même genre que les bateaux de course de la Route du Rhum ou le Vendée Globe.

 

En Octobre 2021, lors des rencontres du 1% pour la Planète à Paris, nous avons « pitché » le projet de Wings of the Ocean auprès de plusieurs mécènes participant au programme. C’est juste après ce pitch que nous nous sommes rencontrés avec Charles Kloboukoff, PDG de Léa Nature. Léa Nature nous aidait déjà depuis 2019, avec des dons financiers et des dons en produits alimentaires, si bien que nous avions déjà beaucoup discuté avec Marina, la directrice de la Fondation du groupe. Léa Nature, c’est aussi le 1er contributeur français au 1% pour la planète, et le 2ème contributeur mondial derrière Patagonia, le tout pour une entreprise qui a fait du Bio son mantra, pour préserver à la fois la santé des humains et la biodiversité. Lors de cette rencontre avec Charles Kloboukoff, on discute des moyens de passer à de la dépollution à plus grande échelle, et de moyens d’embarquer d’autres entreprises dans des missions d’intérêt général. Là, nous lui donnons cette idée de communiquer sur un navire entièrement logotisé, mais dont la mission ne serait pas la course au large mais la dépollution des littoraux.

 

Nous lui avons les photos prises sur l’Antwerp Flyer et on s’est tapé dans la main. Il ne restait plus qu’à véritablement faire l’achat du navire, à monter un équipage et créer une mission de toute pièces sur la côte Atlantique, tandis que de son côté il fallait convaincre les équipes internes de nous accompagner sur un programme aussi ambitieux.

Aujourd’hui, après un hiver extrêmement chargé où nous avons réussi à mener ces choses-là à bien, nous sommes particulièrement fier de vous annoncer ce partenariat de 3 ans avec le groupe Léa Nature, nous permettant de dépolluer les côtes Atlantiques françaises et d’en sensibiliser les populations sur un magnifique navire renommé pour l’occasion : le Scylla.

 

Avant peut-être une mission de dépollution du Svalbard en 2023 ?

Plus
d'articles