[Des nouvelles du programme de feu l’Amadeus, ou l’éloge du rebond rapide]

Date

Si vous avez suivi nos actualités ces derniers mois, vous savez que Léopold Guyot et une team de bénévoles travaillent depuis des mois sur une mission de dépollution de deux mois dans le Sud de France, entre août et septembre.

La mission de départ

Ce programme devait s’effectuer grâce au navire Amadeus, un 2 mâts présent à Sète, qui devait nous héberger durant ces 2 mois et nous déplacer de port en port, de dépollution en dépollution.

Une équipe a travaillé d’arrache-pied pour préparer un programme complet de dépollution et sensibilisation sur 2 mois, prévenir les ports de notre arrivée, les partenaires associatifs et différentes entreprises.
Nous avions un deal avec l’Amadeus, qui était de travailler bénévolement à l’entretien courant du navire durant 20 jours, en échange de quoi nous pourrions jouir du bateau pendant les 2 mois de la mission.

Un choix difficile

A notre arrivée pour les travaux, nous nous sommes rendu compte que le navire n’est malheureusement pas en état de navigation, et surtout qu’aucun élément de sécurité élémentaire n’est présent à bord pour pouvoir mener à bien une telle mission. Et surtout, aucune volonté de la part du propriétaire du navire de faire les réparations et acheter le matériel nécessaire à la navigabilité en toute sécurité de l’Amadeus…
Nous avons donc dû prendre la décision extrêmement compliquée de ne pas effectuer la mission en région Sud avec l’Amadeus.

Cependant, ayant impliqué plus d’une douzaine de bénévoles dans cette mission, des partenaires publics, associatifs et privés, nous avions la volonté profonde d’effectuer cette mission, Amadeus ou pas !

Nous avons donc cherché toutes les solutions possibles pour loger l’équipage sur la côte française pour pouvoir continuer nos dépollutions, tout en cherchant un ou deux bateaux nous permettant de mener à bien la mission. Difficile au vu de la saison et de l’urgence.

Une solution

Après plusieurs jours de recherches, nous avons trouvé le navire Dune, un magnifique bateau de 17m, mais qui ne sera disponible que dès le 24 août jusqu’à la fin de la mission.
Du coup, l’équipe habite en attendant dans un logement à Montpellier puis à Marseille, et conserve tout son programme de dépollutions. On continue chaque jour, sur de nombreuses plages et avec le parc national de Camargue.

En bref, on perd l’Amadeus mais on gagne un autre super bateau et on garde toutes nos dépollutions !

Entre le 1er et le 15 août 2021, la team a ramassé 2,5 tonnes de déchets sur les plages du sud. Vous pouvez continuer à les soutenir sur Bluebees.

Un immense merci à l’équipage en place pour leur détermination et leur capacité de trouver des solutions alternatives dans l’urgence, à nos sponsors qui nous suivent peu importe les embûches et surtout un immense merci à vous toutes et tous qui continuent de nous soutenir malgré les modifications quasi permanentes dans notre organisation.

Ce genre d’expérience est riche d’enseignements, autant dans notre besoin de sélection drastique dans les bateaux utilisés, mais aussi sur notre capacité d’adaptation et de rebond dans l’urgence, le tout pour dépolluer les plages et sensibiliser les publics !

On va la dépolluer cette planète !
Julien Wosnitza

Plus
d'articles