Bilan de l’action à Madère avant départ aux Canaries

Bilan de l’action à Madère avant départ aux Canaries

Depuis 3 semaines à Madère, nous effectuons régulièrement des dépollutions tout autour de l’île, sur les plages, en mer, en plongée, etc… Et force est de constater : cette île est particulièrement propre. A quelques rares exceptions près (des plages non accessibles en voiture), toutes les plages sont très bien entretenues, nettoyées régulièrement et dans des états irréprochables.

Cela nous a étonné, comparativement aux indications que nous avions eues de plusieurs entités scientifiques, mais cela a une explication : depuis 2018, Madère fait partie de l’initiative du Blue Flag, qui demande aux territoires visées une implication de la population sur les questions de pollution. C’est ainsi que les écoles sont mises à contribution régulièrement sur l’île pour effectuer des nettoyages, des villes mais aussi des plages.

L’éducation est clé dans notre démarche, car lorsque des enfants nettoient des mégots à terre ou sur les plages, ils seront évidemment moins prompts à les jeter autre part que dans une poubelle.

De nombreuses fois, nous sommes allés sur une plage mais n’y avons trouvé aucuns déchets. C’est pourquoi nous sommes très contents d’avoir collaborés avec ICFN, le département de l’environnement de Madère, qui nous ont indiqués les lieux non accessibles par la route, où notre accès par la mer prend tout son sens. Nos actions vont d’ailleurs se focaliser de plus en plus sur les zones difficilement accessibles par la terre, car c’est vraiment là où nous aurons la plus grande valeur ajoutée. Au total, c’est plus de 1.000 kilos de déchets que nous avons récoltés sur Madère, grâce au travail acharné de nos membres d’équipage mais surtout des éco-volontaires du Kraken.

Nous partons mardi 26 mars en direction des Canaries, et l’île de Lanzarote. Les Alizées soufflant d’Est en Ouest et du Nord vers le Sud, il nous sera plus facile de naviguer ensuite à la voile entre les îles des Canaries en partant de Lanzarote. Si nous allions vers Tenerife, repartir vers l’EST ne se ferait qu’au moteur, donc consommation de carburant, etc… Une page se tourne, une nouvelle s’ouvre, et le livre continue de s’écrire !

1 commentaires

  1. Guylaine FRIN

    Bel article, c’est encourageant de voir que l’éducation porte ses fruits.

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.Champs obligatoires *