Les nouvelles orientations de Wings of the Ocean pour 2020

Nous y voilà, la première année de missions s’achève, année qui aura vu plus de 350 personnes embarquer sur le Kraken, où nous aurons ramassés plus de 3200 kilos de plastique, navigués plus de 3600 miles nautiques, collaborés avec plus de 25 associations partenaires, fait visiter le navire à plus de 200 enfants et sensibilisé des millions de personnes au mode de vie zéro-déchet à travers nos vidéos.

Sur de nombreux aspects, cette première mission entre Cherbourg, Madère, les Canaries, les Açores, Cadix, la Corse et la côte Méditerranéenne française est une réussite.

Nous sommes très fiers d’avoir pu effectuer tout cela compte tenu des contraintes qui étaient les nôtres.

Cependant, cela n’empêche pas de se remettre en question en fonction de tout ce qui peut être amélioré à bord, de prendre du recul sur toutes ces fois où nous aurions pu être plus efficaces, etc… Y réfléchir et faire les ajustements nécessaires pour être les plus efficaces possibles dans les prochaines années.

Plusieurs grandes directions ont été décidés dans ce but.
La première c’est que nous devons repartir sur un Kraken fiabilisé une bonne fois pour toutes, car nous ne pouvons pas continuer à perdre une énergie infinie à réparer sans cesse le navire.

Les travaux que nous avions fait auparavant n’étaient pas suffisamment structurels, donc nous avons pris la décision de changer structurellement tout le Kraken : L’électricité, la tuyauterie, le moteur principal, une génératrice d’électricité, le parc de batteries, refaire le pont, sécuriser la mâture, renforcer la coque…
Il s’agit de travaux titanesques qui seront effectués à partir du 25 septembre à Savone en Italie.

L’autre grande direction prise est que nous allons nous focaliser sur des missions de dépollution sur lesquelles nous aurons le plus gros impact. Nous irons dans les endroits les plus pollués pour nettoyer des dizaines de tonnes de plastique à terre ou en mer, avec pour seul objectif l’efficacité de la mission.
Cette dernière implique également que nous arrêtions l’écovolontariat.

En effet, avec un turnover chaque semaine d’écovolontaires qui ont fait un don conséquent pour embarquer à bord du Kraken, l’équipage permanent devait à chaque fois former les nouveaux à la mâture, aux règles de sécurité du bord, au zéro-déchet, etc.. et tout ceci au détriment des dépollutions effectives.

Soyons clairs : les écovolontaires qui sont passés sur le Kraken ont dans l’immense majorité toujours été motivés par les dépollutions et ont toujours fait preuve de bonne volonté, mais le turnover et les attentes relatives au fait d’avoir déboursé une somme certaine pour embarquer faisait que nous nous sentions obligés de les former au bateau, que nous organisions des ateliers et des conférences pour eux afin de simplement tenir nos engagements écrits sur le site web.
Et ceci, semaine après semaine. Cela a pompé une énergie dingue à l’équipage, tout en se ressentant du côté des écovolontaires.

Pour 2020, nous faisons le choix d’arrêter l’écovolontariat. Il n’y aura donc qu’un seul et même équipage, composé de 18 à 22 personnes en fonction des besoins.
L’engagement minimal pour embarquer sur le Kraken sera d’un mois, de façon à ce que chacun puisse être formé convenablement au navire et s’intégrer dans l’équipage. Nous ne prendrons que des bénévoles qui seront nourris/logés/blanchis à bord du navire, mais qui n’auront donc plus à débourser 100 euros/jour afin d’embarquer.

Cela va nous couper d’une bonne partie de nos financements, mais nous pensons qu’il s’agit d’un passage obligé si nous voulons pouvoir partir en mission sur le long terme avec des gens formés et être efficaces dans nos dépollutions.

Nous comptons donc sur vous pour nous soutenir dans ces missions, afin de pouvoir payer à la fois ces travaux qui nous attendent et ces futures missions.

En 2020, après un hivernage dans un port français de Méditerranée, nous profiterons du festival Escale à Sète du 7 au 13 avril pour lancer notre saison.

Elle se composera d’un mois de dépollution sur le littoral et les îles de la région Sud, puis nous nous dirigerons vers les Cyclades Grecques, îles qui sont infestés de plastiques et de décharges à ciel ouvert sur le littoral. De nombreux cimetières sous-marins de petites embarcations sont recensés et nous avons des coordonnées de zones GPS qui sont particulièrement polluées.

Une fois la mission dans les Cyclades effectuée, nous nous dirigerons vers l’île de Malte, pour un tour complet de l’île avec des dépollutions sur toutes les plages.

Après Malte, le programme est encore ouvert, mais ceci devrait nous amener fin septembre 2020.

Cette année encore, nous effectuerons une conférence à Paris début Novembre 2019 pour faire un premier bilan de la saison et surtout vous présenter la prochaine en détails. Les contributeurs à notre premier Ulule y seront conviés dans les prochaines semaines.

Nous allons faire une deuxième campagne de crowdfunding afin de lancer notre e-shop, de façon à ce que vous puissiez nous soutenir en portant nos fameux T-shirts ou Hoodies bleus et bios, ou encore notre Marinière via Le Slip Français directement chez vous. Plus de nouveautés très bientôt.

Vous l’aurez compris, après une première année très riche en enseignements, nous reprenons un gros risque afin de nous focaliser sur la dépollution.

En espérant avoir votre soutien dans nos futures missions, on compte sur vous.

Julien Wosnitza
Président
Wings of the Ocean

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.Champs obligatoires *