[Une solution capillo tractée !]

Date

L’équipe de Wings of the Ocean présente sur l’Étang de Berre a eu l’occasion de tester les boudins de dépollution créés par Capillum en partenariat avec l’ONG Octop’us.

Oui, on sait, c’est pas hyper sexy 😉

Le saviez-vous ?

Chaque année un coiffeur produirait en moyenne 5,5 kgs, soit 500 litres de cheveux, qui finissent dans les ordures ménagères la plupart du temps. Or, ce déchet a désormais trouvé son circuit de revalorisation : une fois coupées, nos mèches sont utilisées pour résorber graisses et hydrocarbures qui souillent les étendues d’eau. Grâce à la
propriété du cheveu qui est lipophile et peut absorber jusqu’à huit fois sa masse ! En effet, 1 kg de cheveux peut absorber jusqu’à 8 kg d’hydrocarbures.


La génèse

Initiée par un coiffeur du Var via l’association « Coiffeurs Justes » en 2016, la collecte de cheveux coupés est organisée en véritable filière de recyclage. La startup Capillum rassemble un réseau de 700 coiffeurs dans toute la France, et met en œuvre le réemploi des cheveux au service de l’environnement, et en particulier de la dépollution des eaux et des sols. Elle fabrique des boudins de cheveux, mêlés à des fils de laine, et compactés dans des collants en nylon.

Une solution qui fait ses preuves

Ces outils de dépollution low tech ont fait la preuve de leur efficacité en cas de marée noire.
L’ONG strasbourgeoise Octop’us a par exemple utilisé ces boudins de cheveux pour des opérations de dépollution, notamment sur le Rhin. Et à l’occasion du désastre survenu dans l’océan indien en juillet 2020, l’ONG a mobilisé l’attention internationale pour collecter des cheveux et créer des bouées absorbantes, capables de freiner l’avancée des milliers de
tonnes d’huiles et de diesel perdues par le navire Wakashio.

Sur l’étang de Berre

Nous avons également pu tester les boudins de cheveux donnés par Octop’us, dans des cas ponctuels de petites dispersions d’hydrocarbures dans le port.

Placés dans l’eau de façon à ce qu’ils encerclent la flaque, les cheveux permettent d’éviter que les polluants se dispersent. Ces boudins vont ensuite sécher à l’air libre, l’eau s’évapore et les corps gras restent collés aux cheveux.


Do It Yourself

La beauté de cette solution low tech réside dans la simplicité et le caractère collaboratif de sa fabrication : elle est accessible à quiconque souhaite dépolluer, même s’il s’agit d’une mini-flaque de carburants. Le mode d’emploi : prendre un tuyau en PVC, glisser un collant dessus, et le bourrer de cheveux et de déchets de laine. Retirer le tuyau et vous obtenez un boudin.

Tous les cheveux peuvent être utilisés, colorés, courts, longs … même les poils de barbe ! Bonne collecte !

Plus
d'articles